Archives de catégorie : LA MAIRIE

La Mairie

Recensement des pertes dans les exploitations agricoles

Les exploitants concernés doivent venir récupérer le formulaire en mairie.
 
L’épisode de canicule et les incendies du début de l’été ont pu causer des dégâts importants sur les exploitations agricoles du département du Gard.
Le recensement des pertes de récolte et de fonds occasionnées par ces conditions climatiques exceptionnelles est en cours.
Pour cela les agriculteurs de la commune peuvent compléter le formulaire « recensement des pertes suite à une calamité agricole ».
Dans l’intérêt collectif des administrés il faudra regrouper ces déclarations au secrétariat.

Le recensement des pertes permettra notamment aux services de l’Etat d’estimer les taux de pertes par production et  par zone afin:
* de solliciter, le cas échéant, auprès du Ministre de l’agriculture la reconnaissance du caractère de calamités agricoles aux dommages subis par les agriculteurs gardois
* d’examiner la possibilité d’octroyer un dégrèvement partiel de la taxe sur le foncier non bâti.

Gérard CHEVALIER
Chef du Service Economie Agricole
DDTM du Gard.
Cendrine GILLOUX
 
Gestionnaire des Calamités Agricoles Installation PCAE filière élevage DDTM du GARD – Service Economie Agricole Unité « Installation, Structures et Gestion des Crises Agricoles » Tel : 04 66 62 62 02 e mail : cendrine.gilloux@gard.gouv.fr
 
 
 
 

risque d’incendie- Info Préfecture

Le niveau de risque d’incendie de forêt du dimanche 30 juin 2019 a été classé en « très sévère », par Météo France sur notre commune.
 
Courrier du 21 juin 2019 de M. le préfet.
 
Rappel  à la vigilance et à l’interdiction de tout type d’emploi du feu jusqu’à 200 m des forêts.
 

L’interdiction de tout type d’emploi du feu dans les forêts et  jusqu’à 200 m est permanente du 15 juin au 15 septembre au moins. 
Les comportements illégaux et dangereux seront sanctionnés. 
 
Christophe Chantepy 
Responsable unité Forêt DFCI
 
Cyrille ANGRAND
Chef du service Environnement Forêt – SEF

Direction départementale des territoires et de la mer du Gard
89, rue Weber – CS 52002
30907 Nîmes cedex 2
Tél. : 04 66 62 63 54

Compte rendu du conseil municipal du 25/06

Le Conseil Municipal régulièrement convoqué, s’est réuni au nombre prescrit par la loi, dans le lieu habituel de ses séances sous la présidence de Mr SAORIN Jean-Claude, Maire 

Présents MIRGALET Christine, CARON André, ABOUDIHAJ Fanny, DUHAMEL Dominique, CLAUX Elodie, WADIN Laëtitia, 

Procuration de ALEXANDRE Yves à MIRGALET Christine

Procuration de SARROBERT Claudie à SAORIN Jean-Claude

Absente excusée :  FRASZCZAK Nathalie 

1°) Délibération portant autorisation du Maire à agréer une convention de concours avec les consorts HAMET

Le Conseil Municipal,

Vu le code de l’urbanisme,

Vu le code de la propriété des personnes publiques,

Considérant que le projet d’établir une nouvelle desserte électrique de parcelles issues d’une division effectuée par Madame Chantal HAMET, est de l’intérêt de la commune qui en sera le seule légitime propriétaire,

Que, pour autant et tenant les nécessités budgétaires, celle-ci n’a pas programmé ces travaux pour son propre compte,

Que cependant, pour assurer son branchement sur cette desserte et permettre ainsi la division foncière qu’ils se proposaient d’effectuer, Madame HAMET propose d’établir une convention de concours, aux termes de laquelle la charge résiduelle de la commune serait limitée à 441,92 €, sur un montant total TTC de 10 441,92 €,

Qu’il y a lieu d’accepter cette convention de concours et d’autoriser le Maire à l’agréer et à la signer,

Décide :

– d’autoriser le Maire à agréer et signer une convention de concours avec Madame Chantal HAMET pour l’établissement de la desserte électrique basse tension, pour un montant pris en charge par Madame HAMET fixé à 10.000 € TTC,

– de charger le Maire de tous les actes d’exécution de la présente délibération.  

Vote à l’unanimité

2°) Délibération autorisant le Maire à diligenter des poursuites pénales contre X, y compris avec constitution de partie civile, pour les délits de violation de la vie privée, du secret des affaires, et du secret de fonction, ainsi que pour le recel du produit de ces divers délits, pour le cas où des informations communales confidentielles seraient divulguées, par un ou plusieurs services ou agents, à des tiers non-autorisés par la Commune.

Le Conseil Municipal,

Vu la Convention Européenne de sauvegarde des Droits de l’Homme, et notamment son article 8,

Vu la Constitution du 4 octobre 1958, notamment son article 55,

Vu le Code Pénal, dont notamment les articles 226-13 et suivants,

Vu le Code Civil, et notamment son article 9,

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment ses articles L. 2132-1 et L. 2132-2,

Vu, ensemble, le Code Général des Impôts, le Livre des Procédures Fiscales, et le Code Forestier,

Vu la loi n° 2018-670 du 30 juillet 2018 relative à la protection du secret des affaires portant transposition de la directive européenne n° 2016/943, du 8 juin 2016,

Vu la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983, portant droits et obligations des fonctionnaires,

Considérant que l’Office National des Forêts (ci-après : « ONF ») persiste à appeler de prétendus « frais de garderie » sur les revenus procurés à la Commune par les installations photovoltaïques établies sur des fonds concédés par la Commune à une entreprise privée,

Que la Commune a, d’ores et déjà, saisi les juridictions à propos de facturations de l’ONF qu’elle estime illégales,

Que, cependant, l’ONF a saisi la Commune, en janvier 2019, d’une demande en communication du montant des revenus, tirés par elle des redevances des installations photovoltaïques en 2018,

Que le Maire a, conformément aux décisions du Conseil, refusé de communiquer ces informations à l’ONF, par Lettre Recommandée AR adressée à l’ONF en mars 2019,

Que les délais de recours à l’encontre de ce refus explicite du Maire, ayant date certaine, ont expiré en mai 2019, sans que le demandeur ait élevé le moindre recours, et que l’ONF a attendu juin 2019 pour « réitérer » (sic) sa demande en menaçant de requérir l’information directement auprès des services fiscaux du Gard,

Considérant que, par l’effet des dispositions de la Convention Européenne susvisée, qui, aux termes de l’article 55 de la Constitution, ont « une autorité supérieure aux lois », comme par l’effet des dispositions de l’article 9 du code civil, ainsi que par application de la Loi n° 2018-670 susvisée, les informations à caractère financier ou comptable réclamées par l’ONF ont un caractère protégé et confidentiel,

Que la Commune, seule légitime détentrice de ces informations, bénéficie des protections édictées par les textes susvisés,

Qu’ainsi, seule la Commune est habile à décider, le cas échéant, de communiquer ces informations à l’ONF,

Qu’il en est ainsi quand bien même ces informations seraient connues des services fiscaux,

Qu’il y a lieu, en tout état de cause, de rappeler aux diverses parties en présence le caractère confidentiel et protégé de ces informations et le refus absolu de la Commune de les communiquer,

Considérant que les dispositions du Code Général des Impôts, du Livre des Procédures Fiscales ou du Code Forestier, n’instituent nullement un quelconque « droit de communication » au profit de l’ONF,

Qu’ainsi, toute demande en communication de l’ONF, adressée aux services fiscaux ou à toute autre administration, portant sur des informations communales protégées, est totalement dépourvue de toute base légale,

Qu’il y a donc lieu de le rappeler aux parties concernées,

Considérant que les dispositions de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983, portant droits et obligations des fonctionnaires, instituent, pour les fonctionnaires, dont en particulier ceux des services fiscaux, une obligation générale de respecter un secret de fonction dont seul le légitime détenteur peut les relever,

Que les dispositions des articles du code pénal susvisés répriment les délits commis par violation de ces secrets de fonction,

Que l’usage des informations ainsi illégalement transmises à l’occasion de tels délits serait constitutif du délit autonome de recel,

Qu’il y a lieu, derechef, de le rappeler aux parties concernées,

Considérant qu’aux termes de l’article L. 2132-1 du CGCT susvisé, le Conseil décide des actions à mener au nom de la Commune,

Que le Maire peut ainsi être habilité à engager des poursuites pénales pour le cas où un délit viendrait à être commis dont la Commune serait victime,

Qu’il y a donc lieu d’autoriser le Maire à engager des poursuites pénales, contre X, pour des faits d’atteinte à un secret protégé, violation d’un secret de fonction et recel du produit de ces délits, pour le cas où semblable communication sauvage interviendrait au mépris du refus communal,

Décide :

1° – De charger le Maire de rappeler, au nom de la Commune, à Monsieur le Directeur des Services Fiscaux, avec copie à Monsieur le Préfet du Gard et à Madame le Trésorier comptable communal, ainsi qu’à Monsieur le Directeur régional de l’ONF à Montpellier, le caractère d’information strictement confidentielle, protégée par la Loi, des données financières ou comptables relatives aux redevances revenant à la Commune concernant les installations photovoltaïques, de rappeler également les obligations, qui pèsent sur tout fonctionnaire, de respect du secret à propos de ces informations confidentielles, ainsi que les textes qui répriment les infractions à ces protections édictées par la Loi,

2° – D’autoriser le Maire à engager des poursuites pénales, y compris avec constitution de partie civile, contre X, pour le cas où semblables infractions viendraient à être commises au préjudice de la Commune,

3° – D’autoriser le Maire à tous actes d’exécution de la présente décision.

Vote à l’unanimité   

         3°) Délibération portant retrait de la délibération du 24 mai 2019 demandant adhésion de la Commune au Syndicat dénommé « Maison de l’Eau » à compter du 1er janvier 2020

Le Conseil Municipal,

Vu le CGCT, notamment son article L. 5214-16,

Vu la LOI n° 2018-702, du 3 août 2018, relative à la mise en œuvre du transfert des compétences eau et assainissement aux communautés de communes, notamment son article 1er,

Vu la délibération du 24 mai 2019, demandant pour la Commune, le report jusqu’en 2026, du transfert des compétences eau et assainissement à la Communauté de Communes du Pays d’Uzès et non après le 1er janvier 2020,

Vu la délibération du 24 mai 2019 décidant de demander l’adhésion de la commune au syndicat des eaux dit « Maison de l’Eau », et désignant les futurs représentants de la Commune à ce syndicat,

Considérant que la première des délibérations susvisées, décidant du report du transfert de la compétence eau-assainissement à la Communauté de Communes, n’exprime, en réalité, que la position de la Commune,

Que, pour recevoir exécution pratique, il y a lieu, d’abord, de connaître la position des autres communes de la Communauté de Communes, et de vérifier, ensuite, l’application des conditions de majorité portées par l’article 1er de la Loi susvisée,

Qu’ainsi la décision de rejoindre un syndicat des eaux dont les communes adhérentes sont membres d’une autre intercommunalité apparaît prématurée,

Considérant que, si ce rapprochement avec le syndicat voisin avait été envisagé il y a quelques années, déjà, les évolutions observées de part et d’autre, notamment lors de la mise en place des intercommunalités, n’ont pas conduit à rendre plus étroits les liens entre ces communes voisines et notre Commune,

Que les conditions de gouvernance de ce syndicat apparaissaient satisfaisantes pour un rassemblement de petites communes en leur ménageant une possibilité de faire valoir leurs intérêts propres, par une représentation égalitaire des communes dans l’organe délibérant du syndicat,

Que, cependant, ces communes appartiennent à une Communauté d’Agglomération à laquelle la compétence eau-assainissement sera transférée, dès le 1er janvier prochain,

Que, par application des règles de gouvernance de la « Maison de l’Eau », un seul intervenant, la Communauté d’Agglomération, disposera de tous les mandats à la fois et que l’intérêt tiré de la représentation égalitaire des communes ainsi disparaîtra,

Qu’il en résulte que l’intérêt de la Commune, en matière de gouvernance de la personne publique en charge des services d’eau et d’assainissement, ne conduit pas non plus, raisonnablement, à décider d’une telle demande en adhésion,

Considérant que la délibération du 24 mai 2019 décidant de l’adhésion de la Commune au syndicat « Maison de l’Eau » à compter du 1er janvier 2020, n’est pas créatrice de droit pour un tiers,

Que le délai de recours à son encontre n’est pas écoulé,

Qu’il est ainsi possible de la retirer sans autre procédure,

Qu’il y a donc lieu de la retirer, purement et simplement, en toutes ses dispositions,

DÉCIDE :

– de retirer purement et simplement, en toutes ses dispositions, la délibération du 24 mai 2019 décidant de l’adhésion de la Commune au syndicat « Maison de l’Eau » à compter du 1er janvier 2020,

– de charger le Maire de faire toutes publications et tous actes d’exécution de la présente décision.

Vote à l’unanimité 

Info Pays d’Uzès Pont du Gard

Balades Vigneronnes 2019

Nous sommes heureux de vous annoncer que les balades vigneronnes font leur grand retour sur la Destination Pays d’Uzès Pont du Gard 

2h de découverte dans 10 domaines d’exception pour vous faire passer un moment convivial, entre amis ou en famille.

Nouveauté : cette année, les balades peuvent aussi se faire en vélo 
Confortablement installés sur votre VTT électrique, profitez des commentaires passionnants du vigneron et découvrez les vignobles du domaine au gré des paysages et du patrimoine  de notre territoire 

Infos pratiques :
Balades de 18h à 20h
12€ / adulte, 7€ / enfant (gratuit pour les – 5 ans)
Infos et réservations sur www.destinationpupg.com

ou au 04 66 22 68 88

https://mailchi.mp/4fe0beb3b398/ceci-nest-pas-un-davril-152885?e=01f0275453

 

Conseil municipal du 24 mai 2019

 Date de convocation du Conseil Municipal 20 mai 2019

                           EXTRAIT DU REGISTRE DU CONSEIL MUNICIPAL

SEANCE DU 24 mai 2019

Le Conseil Municipal régulièrement convoqué, s’est réuni au nombre prescrit par la loi, dans le lieu habituel de ses séances sous la présidence de Mr SAORIN Jean-Claude, Maire 

Présents DUHAMEL Dominique, CARON André, MIRGALET Christine, ALEXANDRE Yves CLAUX Elodie, SARROBERT Claudie, WADIN Laëtitia 

Procuration de Nathalie  FRASZZAK à SARROBERT Claudie

Absente excusée :  ABOUDIHAJ Fanny

Secrétaire de séance MIRGALET Christine 

1°) Subvention aux associations

Après en avoir délibéré le conseil municipal décide d’attribuer :

250.00 €à l’association Rocvoisins.

250.00 € à l’association famille et loisirs

250.00 €à l’association  des compagnons du moulin de ST PONS.

Une subvention exceptionnelle de500.00 € sera attribuée à l’association des compagnons du moulin de ST PONS pour l’entretien du toit du moulin

250.00 € à l’association la ronde de l’amitié

250.00 €à l’association Archéa.

Une subvention exceptionnelle de500.00 € sera attribuée à l’association Archéa pour continuer les fouilles du « fourneau fontbuxien » à Pignargues

250.00 €à l’association de la Chapelle

250.00 € à l’association Les Pantragnas

Une subvention exceptionnelle de 500.00 € sera attribuée à l’association les Pantragnas pour l’organisation de la fête votive

250.00 €à l’association Placement libre

110.00 € à l’association  des maires du Gard

Vote à l’unanimité

2°) Report de la date du transfert des compétences eau et assainissement à la communauté de commune au 1er janvier 2026.  

Vu la loi n° 2018-702 du 3 août 2018 relative à la mise en œuvre du transfert des compétences eau et assainissement aux communautés de communes,

Vu l’instruction ministérielle du 28 août 2018 relative à l’application du la loi n° 2018-702 du 3 août 2018 relative à la mise en œuvre du transfert des compétences eau et assainissement aux communautés de communes,

Vu les articles 64 et 65 de la loi n° 2015-991 du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République modifiés,

Vu les arrêtés préfectoraux n°2012-198-005 du 16 juillet 2012, n°2012-303-0010 du 29 octobre 2012 et n°2012-356-0031 du 21 décembre 2012, portant fusion des communautés de communes de l’Uzège, du Grand Lussan et de 7 communes isolées 

Vue l’arrêté du 1er janvier 2013 portant création de la communauté de commune Pays d’Uzès

Vue l’arrêté préfectoral n°2016-22-07-B001 du 22 juillet 2016, modifiant le périmètre communautaire s’étendant ainsi à la commune de Moussac au 1er janvier 2017 

Vu les statuts de la communauté de communes Pays d’Uzège mis à jour en date du 30 septembre 2016 par arrêté préfectoral. 

Considérant que Les communes membres d’une communauté de communes qui n’exerce pas, à la date de la publication de la présente loi, à titre optionnel ou facultatif, les compétences relatives à l’eau ou à l’assainissement peuvent s’opposer au transfert obligatoire, résultant du IV de l’article 64 de la loi n° 2015-991 du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République, de ces deux compétences, ou de l’une d’entre elles, à la communauté de communes si, avant le 1er juillet 2019, au moins 25 % des communes membres de la communauté de communes représentant au moins 20 % de la population délibèrent en ce sens. En ce cas, le transfert de compétences prend effet le 1er janvier 2026.

Considérant que cette possibilité est également offerte aux communes membres d’une communauté de communes qui exerce de manière facultative à la date de publication de la présente loi uniquement les missions relatives au service public d’assainissement non collectif, tel que défini au III de l’article L 2224-8 du code général des collectivités territoriales,

Considérant que la commune de la Capelle et Masmolène est membre de la communauté de commun Pays d’Uzès

Considérant que la communauté de communes n’exerce pas les compétences eau et assainissement à la date de publication de la loi du 3 août 2018 et exerce les missions relatives à l’assainissement non collectif au titre des compétences facultatives ;

Considérant que la commune souhaite reporter le transfert des compétences eau et/ou assainissement au 1er janvier 2026 

Considérant que la commune doit délibérer avant le 1er juillet 2019,

Après en avoir délibéré à main levée le conseil municipal :

– S’OPPOSE au transfert obligatoire des compétences eau et/ou assainissement à compter du 1er janvier 2020 à la communauté de communes Pays d’Uzès ;

– DEMANDE le report du transfert des compétences eau et/ou assainissement au 1er janvier 2026 ;

– PRECISE que la présente délibération sera notifiée au préfet du département et au président de la communauté Pays d’Uzège 

Vote à l’unanimité 

3°) Adhésion au syndicat Maison de l’eau au 1er janvier 2020

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, articles L 5214-1 et suivants,

Vu l’arrêté préfectoral en date du 7 décembre 1961, portant du Syndicat Intercommunal de la Maison de L’eau

Vu les statuts du Syndicat Intercommunal de la Maison de L’eau,

Vu la délibération de la Commune en date du 24 mai 2019 portant sur le report du transfert des compétences eau et assainissement,

Considérant qu’il est de l’intérêt de la Commune d’adhérer au Syndicat Intercommunal de la Maison de L’eau pour la compétence adduction d’eau potable et assainissement des eaux usées,

Le Conseil Municipal après en avoir délibéré  

                                                                   DECIDE

  • L’adhésion de la commune de la Capelle et Masmolène au syndicat intercommunal de la Maison de L’eau pour la compétence eau potable et assainissement des eaux usées à compter du 1er janvier 2020,
  • La nomination de Jean-Claude SAORIN et Dominique DUHAMEL pour représenter la commune auprès du syndicat Intercommunal à compter du 1er janvier 2020,

Demande à Monsieur le Préfet de prendre l’arrêté modifiant la composition du syndicat Intercommunal de la Maison de L’eau par l’adhésion de la commune de La Capelle et Masmolène

Vote à l’unanimité

4°) Fonds de concours CCPU, rénovation de la chapelle 

Le maire propose au Conseil Municipal de demander une subvention à la communauté de communes Pays d’Uzès pour des travaux de rénovation de la chapelle dont le montant s’élève a 24 851.00 € H.T.  

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré,

  • Décide de solliciter la Communauté de communes Pays d’Uzès au titre de fonds de concours à hauteur de 10 000€ afin de mener à bien son projet de rénovation de la chapelle.  
  • Autorise le Maire à signer l’ensemble des documents nécessaires à la mise en œuvre de la présente délibération.  

Vote à l’unanimité

5°) Décision Modification budgétaire – M14

Considérant que pour ajuster le budget primitif il est nécessaire d’effectuer les modifications suivantes à la section fonctionnement

      Pour la section Fonctionnement : 

  • Augmentation en dépense de fonctionnement du compte 7398 (chapitre 014) de 232,80 euros 
  • Augmentation en recette de fonctionnement du compte 752 (chapitre 75) de 232,80 euros.

    Pour la section Investissement : 

  • Augmentation en dépense d’investissement du compte 165 (chapitre 16) de 350,50 euros
  • Augmentation en recette d’investissement du compte 165 (chapitre 16) de 350,00 euros ;

Vote   à l’unanimité

Résultats des élections européennes dans notre commune

  • Nombre d’électeurs inscrits : 346
  • Votants : 220 (63,56 %)
  • Abstentions : 126 (27,44 %)
  • Blancs : 4
  • Nuls : 10
  1. BARDELLA Jordan : 68 voix, 33 %
  2. LOISEAU Nathalie : 42 voix, 20,38 %
  3. JADOT Yannick : 30 voix, 14,56 %
  4. HAMON Benoît : 19 voix, 9,22 %
  5. AUBRY Manon : 15 voix, 7,2%
  6. GLUCKSMANN Raphaël : 9 voix, 4,36 %
  7. BOURG Dominique : 6 voix, 2,9 %
  8. BALLAMY François-Xavier : 4 voix, 1,94 %
  9. BROSSAT Ian : 3 voix, 1,45 %
  10. THOUY Hélène : 3 voix, 1,45 %
  11. PHILIPPOT Florian : 2 voix, 0,97 %
  12. LALANNE Francis : 2 voix, 0,97 %
  13. ASSELINEAU François : 1 voix, 0,48 %
  14. DUPONT-AIGNAN Nicolas : 1 voix, 0,48 %
  15. ARTHAUD Nathalie : 1 voix, 0,48 %